vendredi 24 octobre 2008

Français, pour nous, ah! quel outrage

Une bêtise de taille (au figuré. En vrai on a du mal à y croire !) … Nicolas Sarkozy.

Dans son souci de montrer qu’il ne fait rien à moitié, il s’est rendu compte qu’il restait un château encore debout avec ses tours. Le stade n’a en effet pas encore pris de coups !

Alors que la crise fût l’opportunité pare excellence pour fourrer son nez dans les affaires des banques et des PME, les sifflements n’ont pas su trahir le président.

Voilà en effet une offrande de qualité, de quoi permettre au chef d’état de montrer (encore une fois !) que même en sport il avait son mot à dire !

Son patriotisme n’a pas d’égal ! Il a été offusqué, blessé dans son amour pour sa patrie, par des milliers de supporters qui n’ont pas su respecter l’hymne de son pays… celui qui fait sa fierté !?


Sarkozy a sans doute trouvé bon d’exprimer sa déception du peuple maghrébin au lendemain du match.

Mais ne laissons pas le président porter le poids de cette bêtise tout seul. Ses ministres, ses gentils toutous que dis-je, ont bien rempli leur rôle en proposant des soi disant solutions pour éviter qu'un tel "drame" se reproduise... ou peut être était ce pour montrer à Sarkozy qu'ils se sentaient aussi trahis que lui?

On a eu le fameux "on devrait délocaliser les matchs qu'on joue contre ce genre de pays". Quand on voit que non seulement la Tunisie, mais aussi l'Algérie, le Maroc, Israël, l'Italie, tous ont sifflé l’hymne nationale, on ne peut qu'envier les joueurs de l'équipe de France pour la chance qu'ils ont. Voilà en effet cinq destinations vers lesquelles ils feront encore plus de voyage!

Force est de constater que cette proposition est d’une bêtise consternante. Si les français eux même huaient leur propre hymne (et c’est déjà arrivé) on se demande où ils iraient « délocaliser » leur match !


Puis il y a eu "tout match avant lequel l'hymne est sifflée sera interrompu..." les quelques 80.000 supporters du stade de France vont gentiment se mettre en file indienne, et sortir dans le calme un par un, sans grabuge, en ignorant les billets qu’ils ont acheté pour rien et qu’ils viennent de jeter par terre, le match qu’ils venaient tous regarder mais qui n’a pas eu lieu. Mais Roselyne Bachelot n’a pas peur des conséquences, elle a confiance en les forces de l'ordre, "on prendra les mesures nécessaires pour éviter les débordements". Je me demande ce qui se serait passé ce soir là s'ils avaient arrêté le match! Mais je me demande surtout à quoi sert l’FFF si l’état décide quel match arrêter ou pas. Sans parler des conséquences que ça aurait sur les joueurs eux même. Et c’est sensé nous faire peur ?


Mais si la marseillaise a été tant de fois sifflée, les réactions n’ont pas toujours été aussi vives.

France-Israël. L’hymne a été copieusement sifflée. Les politiciens n’en ont pourtant pas fait un drame. Nos amis israéliens auraient ils trouvé grâce aux yeux des politiciens français ? Ou est ce le gouvernement qui est devenu allergique à tous qui porte le cachet « Maghreb » ?

"En effet, même si la France a eu pendant des années une politique coloniale en Tunisie, même si les Français d'origine tunisienne, et plus largement les Maghrébins ou les Français d'origine maghrébine (...), sont trop souvent victimes de discrimination et de harcèlement policier (...) il n'en demeure pas moins que la République, en dépit de ses promesses non tenues, n'est pas à humilier en sifflant son hymne", écrit M. Hammadi, responsable au PS.

On voit que certains n’hésitent pas à sortir « les vieux dossiers », dont personne d’autre ne se rappelle d’ailleurs. Quels rancuniers tout de même ces tunisiens ! Profiter d’un match de foot en 2008 pour manifester contre la colonisation de la Tunisie en 1881 !!


Voyant une dimension politique à tout, les politiciens s’amusent à interpréter tout acte, toute parole de sorte à pouvoir justifier des mesures qui leur mettraient les médias à dos en temps normal. Mais le plus consternant dans tout ça, c’est que les médias ont joué le jeu. L’incident a fait la une des journaux et on en parle encore… mais pas assez pour faire passer la crise financière à la trappe.

Si les membres du gouvernement ont réussi à détourner l’attention pour quelques temps, le vrai problème ne s’est pas fait prié pour refaire surface. Mission partiellement réussie !


Devrait-on reprocher aux supporters d’avoir un faible pour leur pays d’origine et de l’exprimer d’une manière pas tout à fait délicate, certes, mais parfaitement inhérente à l’ambiance d’un stade de foot !?

1 commentaire:

chnad a dit…

Personnellement je pense que le gouvernement joue un jeu asse dangereux, enflait cette incident au maximum pour éclipser les sujets fâcheux (comme récession, pouvoir d'achat, licenciements (Texas Instruments 300, Adecco 600,Sanofi-Aventis 900, Renault 4 000), et les parachutes d'ores ...) est asse irresponsable..
Une crise économiques et des histoires de pseudo nationalisme n'ont jamais fais bon ménage.. et le risque d'une prolifération des idée nauséabonde fasciste augmente exponentiellement grâce à ces méthodes..
Sinon j'aime beaucoup votre style d'écriture :)